Nous sommes tous traducteurs

By | octobre 7, 2020

Mon secteur d’activité professionnel n’est pas littéraire, plus particulièrement les langues étrangères, mais l’informatique ; il peut donc sembler étrange que je parle ici de traduction. Mais en réalité, je me suis rendu depuis quelques temps que ce que je fais est en fait une forme de traduction.

En tant que programmeur, je prends comme input les exigences d’un programme en langage humain et je les traduis dans un langage intermédiaire, le code source. Ultérieurement, à l’aide d’un programme spécial appelé Compilateur, ce code source est à nouveau traduit dans un langage binaire que l’ordinateur comprend. Ainsi, nous obtenons l’output souhaitée, un programme qui effectue la tâche voulue en fonction des exigences spécifiées.

Il en va de même pour un traducteur qui a pour input un texte dans une langue et le traduit dans une autre langue (l’output).

Cependant, le monde de la traduction ne s’arrête pas là. Nous traduisons constamment dans notre vie personnelle et professionnelle : lorsque nous lisons, nous traduisons un texte écrit (avec tous ses symboles) en faisant sa représentation abstraite pour l’interpréter. Lorsque nous parlons, nous traduisons nos idées en sons que les autres, en entendant, traduisent en idées qui peuvent être comprises.

En réalité, notre cerveau n’est rien de plus qu’une machine de traduction complexe qui traduit les ondes sonores, les ondes lumineuses et les signaux électriques de la peau, du nez et de langue en quelque chose que nous pouvons comprendre comme le monde qui nous entoure, avec tous ses sons, ses couleurs et ses mouvements.

Nous sommes, après tout, tous traducteurs.

Luis Rodrigues, Administrateur système

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.